Mieux connaitre pour mieux dessiner.

Accélérer et fiabiliser le dessin

Le dessin d’observation consiste à dessiner ce que l’on voit. Si l’on voit juste et si on sait transcrire sa vision sur la feuille, on saura dessiner correctement tout objet, quelle que soit sa nature.

Il est important de savoir dessiner avec aisance et rapidité. Il faut voir, voir rapidement et avec pertinence.

Si on a connaissance des caractéristiques essentielles de l’objet à dessiner, on saura ce qu’il faut regarder d’abord et ainsi on pourra dessiner rapidement. Connaître la figure (morphologie, anatomie) ne sert qu’à apprendre ce qu’il faut regarder pour voir vite.

Il suffit d’apprendre les invariants, les propriétés essentielles qui ne changent pas (ou changent peu) d’une figure à l’autre.

Non seulement on estimera mieux les formes parce qu’on en a une connaissance a priori mais l’analyse de l’écart par rapport à cet invariant (qui n’est qu’approximatif) fournira une information supplémentaire.

Dans cette partie, on ne traite ni de morphologie, ni d’anatomie, on donne les connaissances premières pour guider les débutants.

Séquencement du dessin

Après la première mise en place (effective pour les débutants ou mentale pour les pros), quand on construit le dessin, on ne peut tout tracer simultanément. Pour une figure, on constate qu’il est préférable de suivre l’ordre approximativement du plus stable au plus mobile :

1-      Le tronc positionne la figure dans l’espace, il est souple mais pas trop

2-      Les jambes sont fortement subordonnées au tronc et en général le supportent

3-      Les bras sont particulièrement mobiles autour du tronc

4-      La tête « flotte » au-dessus du tronc

Les canons de proportions

Un canon de proportions est une sorte de gabarit moyen qui sert de référence pour vérifier la justesse relative d’un dessin. Ce gabarit est construit d’après la connaissance d’invariants remarquables du corps humain. Les invariants sont en général des rapports de longueur, mais il existe des invariants d’angles et des invariants de formes.

Le corps humain n’est bien sûr, pas standardisé, cependant ces invariants donnent de très bons repères

Dans la plupart des canons, le pubis est situé à la moitié de la hauteur du corps humain debout. Ceci n’est pas tout à fait exact. Cependant si on place le pubis à la moitié de la hauteur, le dessin ne sera pas juste mais plausible, pas loin d’être juste. Si on en profite pour évaluer de combien il est au-dessus ou au-dessous, le dessin sera plus exact.